« Ma mère avait conscience de la fragilité de toute chose car la vie ne lui avait pas fait de cadeau. Quand je suis née,  elle était dans la force de l’âge. Elle croyait qu’elle était ménopausée. Elle n’attendait plus la venue d’un autre enfant. Elle avait déjà eu sa dose de partants… »

« Aux yeux de mon père, la vie n’avait pas de prix. Il la plaça sur un piédestal, par-dessus toutes les valeurs. Il savait que le port de l’uniforme  n’autorisait pas le viol des femmes ou le racket des  pauvres… Lire la suite