Les poissons ne connaissent pas les frontières, les oiseaux non plus!

January 28th, 2012 · 4:04 pm @   -  One Comment

Les poissons ne connaissent pas les frontières, les oiseaux non plus !
Il me faut prendre en compte, aussi, l’idée de frontière naturelle. Quelqu’un m’explique, il y a deux jours, que le Canada se trouve en face, à 80 km, en passant par le lac Erie. Mais ce n’est pas un chemin fréquenté. La frontière est ici aussi. Les chemins passent ailleurs, on contourne la frontière naturelle, étendue magnifique, qui,  ici, me fascine. Ce lac ressemble à une mer intérieure, les poissons qui y vivent le savent bien. On pourrait espérer que la pollution qui, dans cette ville industrielle, fut une grave préoccupation, les laisse migrer tranquillement. Les poissons ne connaissent pas les frontières, les oiseaux non plus ! Et pourtant, le droit de circuler, pour les humains, inscrit dans la Déclaration de 1948, est jeté aux oubliettes. Qui s’en soucie encore ? Nous sommes assis au bord du lac, dans un restaurant. Il fait nuit. Les eaux du lac reflètent les lumières de la ville que l’on aperçoit au loin. Lentement, un épais brouillard couvre le ciel. La ville devient invisible. Le lac est toujours là. Ses eaux bouillonnent sous nos pieds. Il pleut sans doute. Oui, il pleut. Et l’eau de pluie n’a pas non plus de frontière. Elle vient rejoindre les eaux du lac qui, à cette heure tardive du soir, coulent tranquillement d’un pays à l’autre, du Nord vers le Sud et du Sud au Nord, entre les Etats-Unis et le Canada. L’eau, qui ignore les frontières, traverse toutes les frontières. Elle n’est pas un mur pour les humains, une barrière infranchissable même si elle fait peur, sous l’espèce de l’océan, du lac, du fleuve. Elle existe comme limite  pour être franchie. L’humain peut, en ce lieu, mesurer ses propres forces à celles de l’élément dit « naturel » (nous savons que les eaux sont maîtrisables, construites et reconstruites, sont-elles encore naturelles ? autre débat que je laisse en suspens). Ces frontières ne sont pas des murs. Elles le deviennent quand les lois s’en mêlent…
Tanella Boni
Janvier 2012

One Comment → “Les poissons ne connaissent pas les frontières, les oiseaux non plus!”


  1. Suzanne

    7 years ago

    J’ai bien apprecie votres reflexion et sentiments. J’ai voulu partager un poeme que j’ai ecrit sur cette theme. Je suis contente de vous ecouter demain a Case!

    Air

    Sometimes I wonder where the wind goes
    and I want to go too,
    even though I don’t know where.
    I want to be sound.
    I want to be free movement
    with no passports
    and no boundaries.


Leave a Reply