une frontière universelle?

January 28th, 2012 · 4:21 pm @   -  No Comments

Dans une rue de Cleveland, un homme marche à vive allure, il fait très froid, il neige. Ce n’est pas le pire des temps, c’est un temps habituel. Tête baissée, il ne voit pas la neige tomber, il ne se protège ni la tête, ni les épaules. Il n’a pas de parapluie. A quoi cela lui servirait-il ? Baskets aux pieds, il peut courir le marathon pour se réchauffer, le reste de son corps suivra. Il a juste un survêtement sur le dos, son habit de sportif lui suffit pour traverser la grisaille de cette rue dont le nom renvoie  à l’appellation des premiers habitants du territoire. Cette ville est entièrement imprégnée de cette histoire. Il y a des traces partout dans les noms des lieux, des rues, des rivières et des lacs. Les lieux ne mentent pas. Ils n’ont rien à cacher. Cet homme qui affronte, seul le matin, la rigueur du temps, le sait si bien. De loin j’observe, je n’ai pas le temps de penser, j’y réfléchirai plus tard. Une frontière universelle entre opulence et précarité ? Même dans le pays le puis puissant du monde, certains humains n’ont pas le choix. Et ils pourraient être plus nombreux, sans nombre ou presque, çà et là, d’un continent à l’autre…
Tanella Boni
Janvier 2012

Leave a Reply